Sortir à Montréal – 1ère partie

La première partie de notre année sabbatique est davantage tournée sur la découverte du Québec et sur la vie Montréalaise qu’on nous a tellement bien vendu. Même si le meilleur de la vie Montréalaise est à venir cet été avec les festivals qui vont commencer, voici un premier aperçu de nos lieux de sorties, de vie et un petit focus sur la musique et les boissons houblonnées locales.

Toute la musique que j’aime

La musique, on adore ça et on est parti avec beaucoup d’attentes concernant la vie musicale de Montréal. Pour le moment, on n’est pas déçu et on ne manque de rien..

L’escalierlescalier

On ne rentrerait pas sans connaître dans ce resto/bar. Depuis la rue, une seule porte visible avec l’inscription « L’escalier » et à travers la vue sur, devinez quoi, un escalier !

Tellement bien caché que l’on a mis du temps la première fois à le repérer. Une fois en haut, ce resto/bar est très chaleureux et varie les plaisirs. Il y a en a vraiment pour tous les goûts entre les grandes tables pour travailler seul ou en groupe, les canaps ou coussins pour boire un thé avec une petite pâtisserie, lire un livre ou tout simplement faire la sieste.

P1030679 (Copier)           P1030678 (Copier)

DèsP1030667 (Copier) 18h, l’ambiance commence à changer et un premier groupe vient prendre possession de la petite scène intimiste. Les bières remplacent les théières et les planches apéros/diner garnissent les tables au fur et à mesure. C’est parti jusque 1h du matin dans cette ambiance. Le style de concert est très varié entre jazz, acoustique ou bossa brésilienne le soir où nous avons pris cette photo.

Un des gros plus de l’Escalier est qu’il y a au moins un concert par jour et que contrairement à beaucoup de live music bar, l’accès y est totalement gratuit. Autre plus pour les amateurs de bière et les porte-monnaies serrés, la bière est à 3,5$ le mardi et tous les jours entre 12h et 17h.

Une petite vidéo du dernier concert style rockabilly que l’on a vu avec Johan, sa copine et Julien de passage sur Montréal. Description rapide de l’ambiance : la copine du bassiste lit du Tolstoï à notre gauche, 2 mecs dessinent à notre droite, un petit vieux s’installe et se retient de se déhancher sur la piste avec les autres qui swinguent sur la bande-son de Pulp Fiction…

Le Divan Orange

divan-orange1C’est ici que nous avons entendu notre premier concert à Montréal et le choix n’était pas innocent. Situé sur le boulevard St Laurent et avec une programmation musicale de plus de 700 concerts par an, il y avait quelque chose à creuser. Lire la programmation ne nous aiguille pas trop mais en écoutant sur le net un peu avant, ça sonne bien et nous assure de passer un bon moment.

P1030504 (Copier)Une fois sur place, l’estrade en bois est déjà remplie des instruments des groupes qui vont s’y produire et les quelques tables nous permettent de boire une bière en attendant le début du groupe. La programmation du Divan Orange est très éclectique et on peut passer de la chanson française au métal en passant par un dj set de funk. Le son est très bon et le prix d’entrée (10$) vite rentabilisé.

Ici, en image le groupe Barren Acres, duo folk canadien super frais.

Chaque jour, il y a une nouvelle programmation et la volonté est vraiment d’en faire un laboratoire musical entre les artistes qui découvrent la scène et ceux plus chevronnés qui cherchent l’intimité d’une petite salle.

Le bistrot à Jojo

Ce bar de la rue St Denis offre de la musique live tous les soirs (prix d’entrée max 10$ le WE). Le nom du bar nous fait penser à un repère de motards piquousés au rock’n’roll et la moyenne d’âge des photos du site web nous fait penser qu’on va se sentir jeune. Même pas peur, on va voir ce qu’il en retourne.

On arrive dans un bar pas très grand avec une petite scène déjà prête et comme prévu plusieurs groupes de personnes de générations supérieures (formule la plus adéquate :-)). On se place à quelques mètres de la scène et les balances nous défrisent déjà les oreilles, il faudra penser aux bouchons la prochaine fois. Le trio du soir (guitare électrique, batterie, basse), cheveux longs et chapeaux de cowboys, débarque sur scène et on peut dire qu’ils sont dans le thème du bar. Ils commencent leur set et après avoir joué quelques morceaux de leur composition, ils reprennent plusieurs tubes rocks dont un hommage à Prince disparu quelques jours plus tôt. Au final, le bar s’est rempli et rajeuni, l’ambiance s’est réchauffé au son des riffs de guitare ou du solo final de batterie.

Conclusion, on a vraiment bien fait de venir pour prendre notre dose de rock à l’ancienne, vraiment bien interprété et dont voici un extrait filmé avec les moyens du bord sans coupure :

Sala Rosa

C’est au son des claquements de pied et du grattement de la guitare que l’on mange dans ce restaurant. Tous les jeudis, on peut assister à un petit show de flamenco tout en dégustant de très bons tapas (on a déjà testé 80% de la carte sans déception :-)) . Les 3 protagonistes (danseuse, guitariste et chanteur) sont vraiment captivants et la danseuse rentre littéralement en transe sur la petite estrade du restaurant. Le spectacle est impressionnant et le choix de tapas vraiment sympa.

salarossaCe restaurant possède aussi une salle supplémentaire en sous-sol où se tiennent des concerts régulièrement.

Le propriétaire possède aussi la Casa del Popolo juste en face, un bar aux boissons bon marché et avec une salle de concerts et des DJ sets réguliers.

 

Métropolis

14042016_extract 3462 (Copier)J’ai (Rémi) eu l’occasion d’aller voir Ben Harper and the Innocent Criminals au Métropolis de Montréal le 12 avril et c’était vraiment l’occasion de faire coup double en venant visiter cette salle reconnue de Montréal et en venant profiter du spectacle d’un artiste que je voulais voir depuis longtemps.

Ben Harper fait parti des artistes que je ne souhaitais pas voir sur une grande scène pour profiter au mieux du son et de la performance dans un milieu plus intimiste. Le Métropolis répondait parfaitement aux critères car la salle n’est pas forcement très grande et peut accueillir jusqu’à 2300 personnes. L’agencement de la salle est assez particulier car on peut naviguer à souhait entre la fosse et les tribunes ce qui permet vraiment de voir le concert de où on veut et qu’à n’importe quel endroit de la salle, on y trouve son bonheur. Et puis le plus important le son ! juste parfait du début à la fin du concert, un vrai grand moment de musique. Autre chose atypique, c’est un serveur de plus de 2m10 qui sert des bières dans la fosse avec son plateau au dessus de tout le monde, marrant.

Aucune vidéo ou photo ne pourra retranscrire la soirée que j’ai passée mais la chanson « Where could i go » interprétée sans micro dans un silence religieux fut la bonne claque vocale de la soirée en plus des prestations d’instru qui étaient bien folles. Pour vous donner une idée, le live à Lyon en 2015 s’en rapproche fortement.

Bref, je vous le conseille vivement lors de son passage en France en fin d’année même si vous n’aurez pas le Métropolis 😉

Musique de rue

La rue, le métro, les parcs sont autant de lieux où les musiciens peuvent s’exprimer à ciel ouvert et où bon leur semble. Le rendez-vous des tamtam du Mont-Royal est un incontournable le dimanche. Dans les rues, il y a énormément de personnes qui jouent, qui chantent, parfois bien, parfois moins bien mais on est tombé sur quelques très bons groupes notamment à notre sortie de métro Mont-Royal où des groupes se produisent régulièrement. La plupart du temps, plusieurs groupes se mettent ensemble pour un boeuf souvent étonnant. Un exemple avec une petite vidéo prise à la volée :

Une autre initiative du même genre est une série de concerts secrets improvisés sur des balcons de particulier, où il faut trouver le lieu du concert via des indices donnés sur le site web de l’évènement. Cette chasse-balcon se termine le 10 juin et on va essayer de trouver le dernier balcon avant la fin.

TRH BAR

Ce 20160514_024356(1) (Copier)bar est assez détonnant ! Ambiance assez punk, hard rock, débauche et trash (d’ou Trash bar)  avec au plein milieu du bar une rampe de skate où chacun peut s’essayer à condition de signer une décharge. Il y a parfois des concerts mais l’ambiance est assez déjantée et l’alcool coule à flot. Une petite vidéo souvenir et une photo d’un certain Jhanqui Hawk de passage dans le coin :

Two beers or not two beers ?

Nos origines nordistes nous poussent à tester les bières locales mais pour ça, il faut trouver les bons endroits pour les déguster. Il faut savoir qu’au Québec, on compte pas moins de 150 microbrasseries différentes. Toutes les tester relevait de l’exploit et on a donc essayé ici de vous présenter quelques bons bars et micro-brasserie qui ont retenus notre attention. C’est évidemment très exhaustif car, il y a énormément d’endroits où boire ces bières.

Les 2 brasseries locales que l’on retient sur Montréal sont celles du Dieu du Ciel et Unibroue. Pour le reste, les brasseurs RJ fournissent énormément de bières. On retient leurs blonde et brune d’Achouffe qui nous rappellent nos saveurs belges et qui sont devenus des habituées du frigo. Leur bière « de base » et accessoirement la plus distribuée dans les bars de Montréal est la Belle Gueule et c’est toujours marrant d’aller demander une Belle Gueule rousse au bar.

Dieu du Ciel

brasserie-dieu-du-ciel-2Ce bar/pub est la vitrine de la microbrasserie Dieu du Ciel qui produit plus de 100 bières différentes. Cette brasserie a été reconnue début 2016 par le site de cotation Ratebeer comme la meilleure brasserie au Canada et l’une des meilleurs au monde.

Et comme la vie est dure, c’est juste à côté de chez nous. Malgré tout, on a du s’y reprendre à 3 fois pour réussir à rentrer car le bar est absolument full à partir de 17h. En y allant à 15h, on a pris moins de risque et on a pu dégusté 8 bières différentes. 12953009_1300724079952701_1014968748_o

Ce qui ressort de notre dégustation, c’est que les bières IPA sont bien amères et te détruisent rapidement le palet, pour une dégustation, mieux vaut vite se rincer la bouche. Il y a beaucoup de stout à la carte et juste dans notre dégustation, on peut voir la diversité de ce côté là.

Les étiquettes sont toutes illustrées et en voici quelques exemples :

 Globalement, on n’a pas été transporté par ces bières même si la diversité des brunes est super sympa. Mais il y en a beaucoup à tester…

Brasserie Unibroue

Les bières de la brasserie Unibroue sont énormément distribuées en supermarché, chez les dépanneurs et en pression dans quelques bars ou restos de la ville. Certaines de leurs bières sont célèbres et on retrouve des bières à plus de 8% qui détonnent de la plupart servies en pression ici. Pour en citer quelques unes que l’on apprécie (avec modération évidemment):

  • Don de Dieu (9%,blonde-blanche forte, Goût sucré, très alcoolisé, avec des notes de banane, de houblon et d’épices)
  • Fin du Monde (9%, blonde, Légèrement houblonnée, avec des notes de céréales, de fruits et d’épices, suivi d’une douce finale sèche)
  • Blanche de Chambly (5%, blanche, Notes de blé, d’orange et d’épices, bel équilibre sucre-acidité, finale mielleuse)

unibroue_saveur_biere

Saint Bock

st bockOn est tombé par hasard sur la terrasse ensoleillée de ce bar de la rue St Denis et à notre grand bonheur, ils proposaient plus d’une quarantaine de bières à la pompe dont plusieurs brassées par leur soin. On a donc goûté quelques produits de leur cru :

  • Saint-Guy, Imperial Pilsner Houblonnée, 7.1%
  • Saison Sauternes, bière blonde saison vieillie en fut de Sauternes, 7.7%
  • Calavera Catrina, Brown Ale aux piments Guarillo, 5.7%
  • Colonel Moutarde, bière blonde aux saveurs sucrées, 6.2%

Très bonne surprise et on n’hésite pas à y emmener nos visiteurs car en plus des bières vraiment très bonnes, la terrasse est vraiment agréable.

Festival de la bière

20160429_181442Même si le festival de la bière de Montréal est organisé au palais des congrès en juin, on a pu se rendre à un mini festival de la bière au marché Atwater où plusieurs microbrasseries faisaient déguster leurs bières ou des produits cuisinés à la bièrPit_Caribou1e (fromage, chocolat..)

On a donc pu découvrir quelques nouvelles bières dont la Pit Caribou que l’on aura sûrement l’occasion de regoûter en Gaspésie, sa région d’origine.

 

 

 

Note importante : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération et surtout beaucoup de passion 🙂

La suite des sorties à Montréal très bientôt avec les Piknik Electronik, les Francofolies, le Festival de la bière, le festival de jazz…..

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

5 Commentaires

  1. zabeth dit : Répondre

    Les bars à concerts ont l’air bien tentants!!

  2. Alexis L dit : Répondre

    Excellent !!!
    Même s’il n’y a pas de live de souvenir, avez vous eu l’occasion de tester les Foufounes Électriques ? 😉

    1. Caribou et flûte de Pan dit : Répondre

      On y est allé qu’une fois pour le moment mais il n’y avait pas trop de monde. Pas encore eu l’occasion d’y retourner il y a tellement de chose à faire ! Même la semaine à partir de 17h il y a des évènements sympa, ça n’arrête pas dans cette ville hehe.

  3. Nico dit : Répondre

    Génial ! On a hâte de voir (et goûter à) tout ça !

  4. […] deux autres lieux phares du quartier latin sont l’Escalier (déjà évoqué ici) et les Jardins Gamelins qui accueillent plusieurs rassemblements notamment le festival de cirque […]

Laisser un commentaire