Parc de la Mauricie et camping au Lac Clair

Escapade dans le parc de la Mauricie au nord de Shawinigan, à 3h de route de Montréal en direction de Trois-Rivières (aucune distillerie à signaler là-bas :-)). Pour ce week-end, Claire et Pierre se sont ajoutés à la gang. Pour la nuit, nous avons choisi de prendre une cabane sur une petite île située sur le Lac Clair. Bon on est désolé d’avance mais ce n’est pas certain qu’on trouve  un lac avec le prénom de chaque personne qui nous rendra visite ! Le lendemain, nous sommes allés au cœur du parc qui offre l’avantage d’être parcouru facilement en voiture. Il est donc possible d’apprécier sur une même journée des randonnées, des panoramas sur les lacs, un pique nique avec vue sur la canopée ou encore des balades le long de rivières et cascades.

Itinéraire Montréal Mauricie

Rame, rame, rameur, Ramez (et Duplouy) :

Nous chargeons les canoës avec notre paquetage. On part juste une journée et une nuit en autonomie sur notre île mais cela remplit tout de même les embarcations. On s’assure que tout est équilibré pour éviter de perdre les denrées durant la traversée. Quelques gouttes se font sentir alors pas de risque on ajoute une bâche pour protéger le tout. Rémi est déjà installé à l’arrière et prêt à nous propulser. Quand à moi, je jette un dernier coup d’œil à la carte avant de prendre place à l’avant. De gestes fluides et en cadence, nous avançons au centre du lac. Les pagaies en bois et peintes aux extrémités nous immergent dans la peau d’explorateurs Inuits. Nous dépassons quelques îles en prenant soin de les compter pour nous repérer entre les bandes de terre. Une petite pause pour apprécier la vue et reposer les bras. L’eau est lisse tel un miroir. Le soleil n’est malheureusement pas au rendez-vous pour venir ajouter les reflets des îles à la surface du lac. La grisaille et le silence des lieux donnent plutôt un côté mystique, un peu sauvage. Nous reprenons la route avec toujours à nos côtés Pierre et Claire. Cela doit être par là ! Un ponton apparaît sur une île au loin. En nous approchant, nous distinguons une cabane qui se cache entre les arbres. Ce sera notre chez nous le temps du week-end. ”

 

« Une fois accrochés à notre ponton, nous pouvons débarquer non sans acrobaties sur notre terre d’accueil et prendre possession des lieux. Tout est calme et la cabane rustique en bois sans eau courante et électricité nous rappelle que nous vivrons au rythme de la nature le temps d’un WE. Aucun signal pour les téléphones, on ne regarde plus trop l’heure et nous voilà vite déconnectés. Les toilettes sèches sont tenues par des araignées au plus grand plaisir de Claire. Elle sera définitivement en communion avec la nature. Les autres invités du WE sont les moustiques. Par chance, la météo n’annonce pas de grosses chaleurs, temps idéal pour la rando sans piqures. On repart donc faire le tour du lac avec nos embarcations puis à pied pour une petite rando. La verdure ambiante et l’état sauvage des lieux que l’on parcourt nous étonnent toujours autant. Notre montre biologique nous indique l’heure de l’apéro et le début de la soirée autour du feu de bois conclu par un camembert qui n’est pas sans me rappeler ma chère Normandie. »

Le lendemain, accompagnés d’une odeur de feu de bois persistante, nous reprenons le large vers le parc national de la Mauricie et grâce à un court arrêt à l’accueil du parc, on récupère auprès d’un ranger toutes les infos pour composer notre journée ainsi que des conseils étonnants sur « que faire si vous voyez un ours ? ». Monsieur Manhattan aurait pu en faire une petite vidéo !

Nous nous arrêtons pour une 1ère rando sur le circuit du lac Solitaire, ce qui nous permet d’avoir plusieurs points de vue sur les différents lacs au milieu d’une végétation toujours aussi verte.12062016-P1060319 (Copier)

Nous faisons ensuite un arrêt au Passage pour admirer la vue sur le lac Wapizagonke, qui ressemble vraiment à un fleuve vue de haut.

12062016-P1060329 (Copier)Les lacs s’enchainent et nous avalons les virages de la route pour arriver à notre dernier arrêt : les cascades de Shewenagan.

12062016-P1060347 (Copier)

Nous finirons cet article par un petit mot de nos visiteurs :

P1050992 (Copier)Vert. C’est le mot qui nous vient à l’esprit quand on repense au Québec sauvage en plein mois de Juin. Des étendues immenses de forêt très dense, parsemées de lacs, de rivières et de chutes d’eau.
Le deuxième mot auquel on pense c’est bien sûr moustique. Mais il en faut plus que ces petites bestioles assoiffées pour nous empêcher de profiter de notre séjour dans le parc national de la Mauricie, ni même la menace ou plutôt la chance de tomber nez à nez avec un ours noir.
Une météo plutôt fraîche pour la saison nous a permis de garder pantalons et manches longues sans trop souffrir de la chaleur, et ainsi éviter les piqûres (enfin en partie). Nous avons ainsi pu profiter des superbes panoramas offerts par la région, d’une ambiance sonore très apaisante, et de la sensation inégalée d’enchaîner les pas sur le sol meuble de la forêt qui s’étend à perte de vue.
Des années de camps scouts ainsi que les hivers rigoureux du boulonnais font que nos deux compères maîtrisent parfaitement l’art du feu: nous garderons en mémoire un apéro mémorable ainsi qu’un bon petit dîner au coin des braises.
Un week-end surprenant, dépaysant et simplement excellent: nous ne pouvons que recommander la Mauricie, superbe en Juin, et magnifique lors de la saison des Couleurs (dont on se contente de photos pour le moment!).
Nous sommes très heureux d’avoir pu vivre un petit bout de l’aventure de Damien et Rémi et d’avoir partagé ces super moments avec eux. Continuez à profiter du Canada comme vous le faites, et bon vent pour l’Amérique du Sud! Merci beaucoup à Elodie et Emma pour l’hébergement et les bons moments passés ensemble.

Québec, à bientôt!

Pierre et Claire

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

9 Commentaires

  1. Bruno OYER dit : Répondre

    Magnifique, cela a vraiment du être un véritable dépaysement!
    Je confirme l’accueil chaleureux de Damien et Rémi, ainsi que leurs conseils pour visiter cette belle région sont un plus. Nous gardons egalement un excellent souvenir de notre séjour et sommes très heureux d’avoir pu partager leur quotidien.

  2. Claire dup dit : Répondre

    Quel plaisir de voir cela avant de partir au boulot 😬 merci mes 3 aventuriers pour votre protection 😘 a très vite

    1. Caribou et flûte de Pan dit : Répondre

      Plaisir partagé. Gros bisous

  3. Emmanuel CARLIER dit : Répondre

    Superbe randonnée ! Vous auriez même pu faire une soirée Blair Witch dans cette jolie forêt !!!
    Pour répondre à la question de Rémi lors d’un face to face avec un ours, Monsieur Manatane aurait pu suggérer :
    Alors que faire ? il ne faut jamais au grand jamais tourner le dos à l’animal (l’individu de l’apparence d’un ours si c’est un Portugais comme le disait Elie Sémoun) ou vouloir prendre la poudre d’escampette et détaler comme un lapin. Grave erreur ! le bestiau pouvant se déplacer à la vitesse d’un cheval au galop il vous aurait rattrapé en quatre enjambées (ou deux si c’est le Portugais) et qui sait une fois plaqué à terre oh combien la douleur de se faire casser ses petites pattes arrières ou de se faire parsemer le dos de griffures à faire pâlir un scout égaré coincé dans le maquis corse au détour du GR20 !
    Non ! Il faut tel le flegme d’un Anglais fraîchement sorti de l’UE lui tendre votre ration de survie (votre boite de pedigree PAL pour éleveurs de champions) avec des morceaux de Hiboux dedans. C’est fou ce que l’animal raffole de ces petites bêtes qui pullulent les soirs de pleine lune et l’empêchent de roupiller la nuit. Ou alors en dernier recours vous pouvez toujours lâcher un prout au jus. Sensible du pif comme il est, il y a fort à parier que le mastodonte prenne ses clics et ses clacs et vous épargne. Vous passerez alors pour un fieffé dégueulasse et garderez la vie sauve (qui peut).
    En vous remerciant, bonsoir !

    1. Caribou et flûte de Pan dit : Répondre

      Tout y est Manu ! Excellent ! Je sentais presque les odeurs d’ici 😉 à moins que ce soit le québécois rural qui fête la saint jean. Merci pour ce beau commentaire.

      1. Manu dit : Répondre

        Merci Rémi, content que cela t’ai plu ! j’ai hâte à la suite de tes aventures avec soeurette et Juju !

  4. Oyer Pascale dit : Répondre

    Je suis émerveillée de tous ces paysages qui sont toujours aussi différents
    Dommage pour le manque de soleil, mais cela ne vous a pas empêché tous les quatre de passer un excellent séjour sur cette petite île.
    je confirme moi aussi que Damien et Rémi sont des guides formidables et qu’ils ont un accueil chaleureux. (Même prêter des chaussettes quand ont a mal aux pieds 👣) je signal que j’étais plutôt mal chaussée pour la marche!!!
    Merci encore pour ce fabuleux commentaire.
    BIZ, BIZ.

  5. Zabeth dit : Répondre

    Manu je ne dirai qu’un mot : merci!!!

    1. Manu dit : Répondre

      Je t’en prie Zabeth. J’ai pensé à toi en l’écrivant !

Laisser un commentaire