Les hauts plateaux du Pérou

A peine après avoir quitté la Bolivie, nous poursuivons le voyage à haute altitude en direction de Cuzco le long du lac Titicaca, poste frontière naturel entre les 2 pays.

Puno et les îles Uros

Premier arrêt à Puno qui est la plus grande ville et le plus grand port au bord du lac Titicaca. Cette escale nous permet de prendre le bateau vers les îles Uros. 2 autres îles sont accessibles depuis Puno mais nous préférons rester sur le souvenir de l’Isla del Sol.
On avait lu beaucoup de choses sur ces îles Uros y compris la dénomination de Disneyland local pour les touristes. On a voulu voir ce qu’il en retournait.
On prend donc le bateau vers ces îles et on nous dépose sur un îlot qui ressemble a des blocs de paille assemblés sur l’eau formant un village flottant. Le chef du village est là pour nous accueillir et nous expliquer l’histoire de ces îles.
Les îles Uros sont des îles flottantes qui portent le nom du peuple qui les occupe. A l’origine, les Uros vivaient près de Tiwanaku en Bolivie mais pour échapper aux Incas, ils construisirent des radeaux en totora (sorte de roseau) et les attachèrent ensemble pour de retirer sur le lac. Peu à peu, les radeaux se sont désagrégés et ont formés des îlots, ce qui donna l’idée aux Uros de former de nouveaux îlots du même type. Les Uros se sont éteints dans les années 50, abandonnant leur terre aux autochtones aymaras de Puno. Les Aymaras ont déplacés récemment les îles plus près de Puno pour suivre les conseils présidentiels et s’ouvrir au tourisme en présentant les traditions Uros. La population qui habite réellement sur ces îles a fortement baissé (environ 2000 personnes) et il se dit que plusieurs personnes présentes lors des visites vivent en fait à Puno.
Malgré tout, on peut voir les différents types d’habitat de cette communauté, leurs embarcations et surtout marcher sur cette île où le sol est mou et parfois des zones sont imbibées d’eau nous rappelant que le lac est bien sous nos pieds. L’accueil touristique est bien rodé et en partant dans l’embarcation faite de totora, les femmes nous chantent un petit sur le pont d’Avignon, étonnant ! L’arrêt suivant sur l’île centrale est là uniquement pour faire marcher le petit « restaurant » local en nous y laissant 1h sur l’heure du midi…
Même si ce tourisme organisé a des allures un peu fake, ça nous a permis d’en apprendre un peu plus sur ce peuple du lac Titicaca et sur la vie flottante.

Sillustani

On reprend la route vers le site archéologique pré-inca de Sillustani. C’est un site funéraire fondé par une tribu Aymara conquis par la suite par les Incas. Il est constitué de tombes en forme de tours appelées chullpas qui peuvent regrouper jusqu’à 10 personnes d’une même famille et les offrandes associées.

Sillustani

Canyon Tinajani

La route continue du côté des vivants vers le canyon de Tinajani où nous passons la nuit. Le décors est somptueux et on se réveille au milieu des moutons. L’éleveur vient d’ailleurs discuter et on se dit déjà que les péruviens sont plus bavards que les boliviens. C’était jusqu’à ce qu’il nous demande un petit billet pour la nuit passé ici en sauvage…

Aguas Calientes la Raya

Après avoir parcouru pas mal de kilomètres en voiture, nous découvrons de nouvelles aguas calientes (encore une fois merci iOverlander!), c’est presque un mini parc aquatique avec des bains chauffés, aromatiques et même des saunas qui sont établis juste au dessus des sources d’eau chaude.
C’est la première fois qu’on teste des bains aromatisés aux plantes et même si on se croit dans un potage immense la sensation est loin d’être désagréable.
On savoure ce moment de détente 100% naturel avant de reprendre la route.

Andahuaylallis

Nous passerons ensuite par l’église de Andahuaylallis surnommée la chapelle sixtine des Andes de par sa richesse artistique andine.

Andahuaylallis

Rainbow Mountains

Situés entre Cuzco et Puno, les Rainbow Mountains ou Vinicunca pour leur nom d’origine, font partie des excursions privilégiées depuis Cuzco. Contrairement aux tours, nous ne partiront pas en pleine nuit de Cuzco mais profiteront de notre liberté pour dormir au pied du trek nous menant au sommet.

La nuit est fraîche et le réveil à 6h30 nous laisse découvrir un paysage complètement blanchi par la gelée matinale. Nous sommes dans les premiers à prendre la route et le calme de la randonnée est encore plus appréciée. Les chevaux nous accompagnent et bientôt les lamas et moutons, que l’on confond très facilement de loin. Toutes les collines environnantes sont encore blanchies malgré l’arrivée du soleil mais on distingue déjà des formations géologiques et des couleurs particulières. La montée est assez éprouvante particulièrement pour Rémi, malade depuis le matin. Les derniers mètres sont un vrai mur et c’est une vraie délivrance que d’arriver en haut.
Rainbow Mountains

Les fameuses couleurs sont face à nous mais nous n’auront pas la chance d’en voir la totalité puisque la neige tombée dans la nuit couvre la moitié de la fameuse montagne. Ce sera nos Rainbow Mountains à nous. Le spectacle est quand même exceptionnel, Rémi peut s’écrouler tranquillement et profiter.

En descendant, ce sont des véritables bus de randonneurs qui montent et on reconnait vraiment la chance d’être autonome avec notre 4×4. Le paysage a complètement changé puisque le givre a disparu et toutes les couleurs se révèlent. On voit plusieurs personnes aidées par des chevaux. On ne cédera pas et on finira cette randonnée avec nos pieds 🙂  Les images valent mieux qu’un long discours…

3 Commentaires

  1. AMCarlier dit : Répondre

    Merci de poursuivre cette communication et de parfaire notre culture générale. Les Rainbow Mountains sont vraiment exceptionnelles mais les coutumes locales tout aussi curieuses.
    Lire votre découverte du lac Titicaca et des spécificités péruviennes …. découvrir Rémi complètement « cuit » alors que nous avons eu l’occasion de l’accueillir à Lille parfaitement d’aplomb et de partager ….. encore et encore…… !
    Nous sommes fidèles à Caribou, attendons les prochains épisodes péruviens et argentins, même postés de France et comprenons aisèment la difficulté du retour que Rémi nous permet d’appréhender.

  2. zabeth dit : Répondre

    Tellement de beauté dans ces images! comme dit Maman, même si Rémi est rentré on ne se lasse pas de ces articles et videos!

  3. ZeRAR dit : Répondre

    Manu me essaimesse, si tu aimes le cor le soir au fond des bois , écoute voir le caribou . Ah ! Flûte alors , s’ était pas trompé . Fin mélomane .Toujours les bonnes adresses ce futé ! « Je n’ aime pas parler sérieusement . Parce qu’ alors , il n’ y a qu’ une chose dont ou puisse parler : la justification qu’ on apporte à sa vie . ( A Camus ) .  » Roux de naissance , de tels voyages si bien racontés , le poids des mots le choc …. vont conforter ma minuscule étincelle d’ intelligence , certes , hélas transforment la peau du Ch’ti en écrevisse flamboyante . L’ amitié m’ honora de serrer Manu dans mes bras . Je sens que la famille va y passer . Et ce serait bien réjouissant . Pour vous suivre , chaussures neuves , crème solaire , prêt , c’ est quand qu’ on continue ? . Merci et bravo ! Ça fait un peu court comme compliment , Eh ! j’ en suis pas rémi , ici , c’ est pas l’ Pérou. A TchaO du Z’ .

Laisser un commentaire