La Patagonie chilienne : Torres del Paine et Puerto Natales

Avant de descendre au bout du monde, le destin, ou une bouteille de gaz vide, nous ramène au Chili à Puerto Natales près du parc national Torres del Paine. Nous sommes ici en Patagonie du Sud et c’est un territoire chilien un peu esseulé du reste du pays car son accès se fait seulement via l’Argentine, en bateau ou en avion.

Jusqu’ici, la descente de la Patagonie pouvait se résumer à de grands espaces vides et plats que le vent violent balayait. L’arrivée à Puerto Natales va changer complètement le décor puisqu’on découvre une petite ville proche des montagnes avec un bord de mer ressemblant à un lac d’altitude. Le vent, lui, est toujours là à nous glacer le sang et la ville est déserte. Les gens restent probablement au chaud…Heureusement, à 13h, une pizzeria ouvre et sera finalement remplie de touristes randonneurs en 15 minutes. Cette ville a des allures d’Islande et vu nos précédentes aventures, c’est bon signe 🙂
Le climat ici en été est réputé pour nous faire voir les 4 saisons sur une seule journée. Nous sommes bien descendus au Sud et il fait jour de 5h à 23h, c’est vraiment génial et ça nous laisse du temps.
Dès le lendemain, on se dirige vers l’attraction du coin, le parc national Torres del Paine. La plupart des randonneurs font le circuit dit W qui offre l’accès aux principaux spots du parc moyennant 4 a 7 jours de marche dans des conditions météo très changeantes. On a choisi de faire ça en 3 jours avec une grosse rando de 8h, un compromis prometteur.
Dès le début, la route offre des paysages aux couleurs photogéniques et on décide de passer l’après-midi au lac Grey. Ce lac, situé à l’ouest du parc, est le déversoir du glacier Grey que l’on peut approcher en bateau et même en kayak. Après moultes réflexions, Julie, Damien et Florian partent prendre le bateau pour voir la glace de près. De mon côté, je reste à terre pour profiter du décor et de la météo extrêmement changeante.
Pendant ce temps, la pluie horizontale et le vent ont eu raison de moi et je me dirige vers l’hôtel Grey à proximité.
Il suffit de s’asseoir dans un canapé au chaud, une tasse de thé à la main derrière une baie vitrée donnant sur le panorama du lac Grey et de laisser filer le temps. On voit le décor changer toutes les 5 minutes, le vent transportant les nuages et la pluie a une vitesse folle et laissant le soleil transpercer de temps en temps mettant quelques scènes du décor sous les projecteurs. Des montagnes apparaissent, la glace des icebergs prend sa couleur bleue extraordinaire et les forêts soufflées par le vent parcourent la palette de vert. Ce genre d’endroits où on peut laisser filer le temps…si le thé n’avait pas été si cher dans ce lieu un peu haut de gamme. On y repère vite les baroudeurs qui rechargent autant qu’ils peuvent leur électronique et recharge en eau chaude tout ce qu’ils peuvent à moindre coût. Radin ? Non économe et pas encore riche 🙂
La population autour de moi est beaucoup plus aisée mais le décor est pour tout le monde et j’en prend pleinement ma part.
Le temps de sympathiser avec un Américain que le bateau revient déjà au loin ; je repère le manteau rose de Julie encadrée de 2 grands en noir, ils luttent contre le vent pour revenir mais cela sonne la fin de mon tea time pour aller les récupérer.
Dormir dans le parc coûte vite cher et on renonce aux hôtels de luxe avec vues paradisiaques et on réussit a dormir en sauvage sur les parkings publics autant que possible à l’abri du vent. La vue à proximité est quand même très sympa et la pluie et le vent la nuit ne nous atteignent pas, nos chaussures un peu plus 🙂
On parcourt le parc en voiture avec quelques arrêts point de vue et une petite rando nous amène à la cascade Salta Grande puis au Lago Nordenskjöld au pied des montagnes et face à la vallée des Français. Le soleil et le vent fort nous accompagnent le long des lacs bleus clairs, c’est magnifique. Les animaux accompagnent le reste de la route tout au long de la journée.
On part trouver un spot pour la nuit et c’est au pied de la randonnée du lendemain que l’on trouvera notre bonheur, vue sur la montagne objectif et nuit sans aucun vent ni pluie, un rêve 🙂
C’est parti pour 4h d’ascension vers le mirador de Las Torres qui donne une vue sur les fameuses Torres del Paine. Toute la montée se fera avec vent et pluie sans rien voir du paysage…mais une fois arrivés en haut, le vent récompense nos efforts et dégage les sommets, des condors sont même là pour nous accueillir. On peut apercevoir les fameuses tours avec le lac en contrebas, ce genre de paysage mérite qu’on souffre un peu pour y accéder.
La descente se fera sous le soleil et on pourra ressortir les appareils photos et apprécier même si les rafales de vent ne nous épargnent toujours pas.
19kms au total pour cette randonnée et les organismes crient un peu, on peut rentrer pour une douche chaude méritée.
Après ces 3 jours nature à dormir dans la tente, randonner et à finir nos réserves de nourriture de la voiture (on peut tout faire avec des restes !), direction le numéro 1 de trip advisor (Aldea) de Puerto Natales qui nous a conquit avec notamment un curry de fruit de mer et un gigot d’agneau d’anthologie. Voilà comment se conclu ce séjour dans la Patagonie chilienne où commence à régner cette ambiance de terre extrême au bout du monde…à suivre !

Musique : Moving – Macaco

Laisser un commentaire