Détente à La Jacques Cartier

3 jours de pluie et 18 degrés max annoncés autour du parc de la Jacques Cartier. Il nous en faut plus pour nous arrêter ! Surtout que nous avons appris à ne pas nous fier à la météo. A-t-on eu raison ?
Ce week-end est plutôt accès sur la détente avec la gang des 6 : Damien, Julie, Rémi, Elodie, Steve et Cynthia.

MAP

On arrive dès le vendredi soir au chalet qui surplombe un lac à Saint-Brigitte-ded3c6b395_original-Laval. Il est tout en bois et la décoration nous donne envie d’y revenir l’hiver à Noël pour y faire des bonnes fondues et raclettes !
On a passé une bonne soirée, enfin d’après les photos et les vidéos, donc le lendemain on se prélasse dans ce cadre idyllique. On chasse les œufs dans le poulailler pour le petit déjeuner. On comprend d’où ils sortent de la poule, un peu cracra mais l’omelette fût bonne. P1070780 (Copier)On descend sur le lac, la vue est magnifique avec les reflets des arbres et des nuages dans l’eau. On grimpe dans les canoés et on part en expédition.
Le lac n’est pas très grands mais des petits chenals nous emmènent dans des lieux cachés. Un peu trop cachés peut-être, vite à couvert Rémi !!! On entend des coups de fusils et des balles fuser dans les fourrés à nos côtés. On cri pour prévenir les autochtones. Ce sont des indiens qui s’entrainaient au tir ! Des indiens sans plûmes, ceux-là venaient plutôt de l’orient.

Le soleil est bien présent et nous chauffe de ses 26 degrés, bravo la météo… Pour nous remettre de ces émotions on se jette à l’eau. La température est bonne. Enfin en surface car des courants froids surgissent de  temps en temps et il faut faire la planche à la surface pour ne pas geler !16072016-P1070833 (Copier)
N’ayant pas de Molkky, on a quand même pu se faire une pétanque et ça ça fait plaisir. Trop d’activités, il est temps de se reposer. On amène les coussins et les transats au bord du ponton et on débute les siestes digestives. Le soleil et les nuages jouent avec les ombres, c’est vraiment parfait. Encore une fois, on se rend compte qu’on est à une heure de Québec et on se croirait en vacances. L’apéro barbeuc viendra clôturer cette belle journée qui s’est déroulée au rythme de la farniente.

17072016-P1070905 (Copier)Le lendemain nous partons tôt pour le parc de la Jacques Cartier. Le trajet en musique nous permet d’y arriver rapidement, merci Gilbert ! L’entrée dans le parc est splendide, on observe la rivière Jacques Cartier serpenter entre les collines. Un panneau information nous montre une photo des lieux pendant la saison des couleurs : tout est rouge et orange c’est féerique. Il faudra revenir !
On se chausse et on débute la balade sur le sentier Le Perdreau. Rapidement, on constate avec Rémi que nous avons nos habitudes de randonnée. Nos pieds ont leurs cadences et nos oreilles sont à l’écoute des bruits de la forêt. Et bien avec ces pipelettes aucune chance de voir des orignaux (ne pas lire originaux) !!! Mais ça fait plaisir de voir que tout le monde profite de ce moment hehe.

20160717_145146L’après-midi, nous avons rendez-vous pour le Rabaska. Ce mot signifie grande embarcation stable et c’est par ce type d’embarcation que les explorateurs ont pénétré l’Amérique. Bon, ce coup-ci on va essayer de ne pas le retourner… On pensait être à 6 dedans mais on se retrouve à une bonne quinzaine avec la guide. On pensait qu’il serait difficile de pagayer tous ensemble et bien au final c’était pire que ça. Il faut vraiment être en rythme car avec le peu de place on tape vite dans la pagaie du voisin. Et bien sûr chacun se dit pourquoi ramer fort si l’autre n’y met pas du sien. N’est-ce pas Rémi :p ? Donc souvent on voit 2 pagaies à l’eau sur les 7. Après avoir avancé au mois 500m en 40 mn on ne tarde pas à revenir. Sur le retour les gens s’activent car la pluie torrentielle menace. La voila cette fameuse pluie annoncée alors ?
Cette météo illustre ce moment de déchirement. C’est déjà l’heure des séparations. Steve, Cynthia, Rémi et Élodie repartent vers Montréal. Avec Julie nous nous arrêterons à côté de Québec pour une journée supplémentaire !

Personne au airbnb alors on en profite pour aller aux chutes de Montmorency vu que le soleil est déjà revenu. MontmorencyAmusant le contraste des lieux par rapport à la saison hivernal.On était seuls la dernière fois avec Rémi dans la neige et on pouvait marcher jusqu’au pain de sucre devant la cascade. Aujourd’hui, la cascade rugit de sa puissance et l’eau a remplacé la glace. La chute est impressionnante et surprend bien Julie lors de la traversée du pont :).

Nos hôtes André et Ruth sont rentrés et nous accueillent directement avec un apéro au vin blanc. On discute et nous apprenons qu’au soir c’est la clôture des 15 jours de festival de l’été Québec. En fermeture, c’est le groupe Ramstein mais c’est complet, dommage… Que nenni Ruth sort son téléphone et 45 minutes plus tard nous voila partis dans le centre ville avec des places youhou !

On plonge dans le cœur de la ville qui regorge d’artistes à chaque coin de rue. On s’amuse à regarder les acrobates, les jo20160717_223632ngleurs ou bien les mamies qui dansent un slow. On se dirige vers l’entrée du festival sur la plaine d’Abraham. Après ces deux semaines le lieu ressemble à une décharge. Encore une fois ça nous montre que nous avons une fausse image de la propreté / écologie du Canada quand on tombe sur ce genre de spectacle. Bref, nous entrons sur la plaine et avançons vers la scène entre les 140 000 spectateurs ! Le compte à rebours de 60 secondes démarre, la tension monte. Et c’est parti !!! Woo on comprend les messages diffusés avant le concert invitant à ne pas sortir les téléphones pour profiter du show. A chaque chanson le spectacle pyrotechnique est impressionnant. Entre les guitares qui crachent des flammes, des fusils qui tirent des fusées au dessus de la foule ou des boules de feux projetées des tours en plein milieu des spectateurs. N’importe quoi ce groupe mais c’est bien marrant !

Le lendemain après le petit déjeuner de Ruth, on franchi le pont en face de Québec vers l’île d’Orléans. Cette île doit son nom à Jacques Cartier en l’honneur du duc d’Orléans, fils du roi François 1er. On choisi de faire le tour de l’île dans le sens inverse des aiguilles, enfin si votre montre a des aiguilles. Il faut environ 1h30 en voiture pour faire le tour ce qui laisse le temps de s’arrêter régulièrement dans les 6 villages : Sainte-Petronille, Saint-Laurent, Saint-Jean, Saint-Francois, Sainte-Faimille et Saint-Pierre. L’histoire de cette île est intéressante, merci Julie pour la lecture du guide avec l’accent local, car elle est à l’origine de la conquête des Amériques. C’est ici que se sont installées au 17e siècle les premièresIMG_1464 familles qui ont essaimées ensuite le territoire. Notre livret touristique nous parle régulièrement de ces 300 familles, on retrouve d’ailleurs leurs noms sur une plaque à Sainte-Famille. Mais on n’a pas trouvé de noms que nous connaissions :p. On commence donc la visite par la pointe sud où on a une superbe vue sur Québec. Le nom prend ici tout son sens. En effet Québec signifie « passage étroit » ce qui est représenté par le rétrécissement du fleuve Saint Laurent à la hauteur du cap Diamant. Sur l’île on retrouve pleins de belles maisons avec leurs pavillons en entrée et leurs charpentes mansardées. Notamment au Sud qui était prisé par l’aristocratie anglaise pour venir s’y détendre. La visite de l’île se poursuit tranquillement en profitant des paysages à travers les vignes et les différents points de vue sur le fleuve. On terminera par un dernier passage à Québec ce qui m’a permis de voir son beau visage d’été. Il est déjà temps de rentrer à la maison, c’était un bon week-end vacances !

Musique – Barren Acres-Escapade

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

5 Commentaires

  1. AMCarlier dit : Répondre

    Si les Marciens te lisaient, Rémi ….. Ils seraient rassurés, vous avez repéré le coq.
    Trève de plaisanterie, un week-end détente où l’on apprécie la nature, le farniente et les joies de l’amitié et du partage, c’est bien aussi ! Nous avions le tournis.

  2. zabeth dit : Répondre

    Ah ah elle est bonne l’histoire de la poule!!! Toujours aussi sympa de voir vos mines réjouies 🙂

  3. Pas de petits détours par la réserve huronne-wendate? Trop de retard dans la lecture de vos articles, je vais y passer ma semaine ^^!

    1. Caribou et flûte de Pan dit : Répondre

      Ah oui c’est ça dont nous ont parlé nos hôtes Airbnb à côté de Québec. Les Huronne Wendat ont leur petite zone privée dans la ville de Québec. Hehe bon courage pour le rattrape, j’espère que ça vous rappellera des souvenirs.

  4. Oyer Pascale dit : Répondre

    Toujours d’aussi jolis d’escriptions.
    De bons souvenirs des justes de Montmorency et de la ville du Québec.
    Biz biz

Laisser un commentaire