Carte blanche pour Gosia

Gosia a passé 25 jours à voyager au Canada dont 9 à Montréal avec nous et on a décidé de lui donner carte blanche sur Caribou et flûte de Pan pour nous raconter son Canada. Et c’est l’occasion de partager avec nos amis anglophones donc cet article est anglo-français. Encore un grand merci à Gosia pour sa visite et le récit qu’elle nous en a donné. En espérant que la traduction soit à la hauteur.

Gosia spent 25 days travelling in Canada including 9 days in Montreal with us and we decided to let her free to write for Caribou et flûte de Pan to explain us her Canada. And that’s  a good way to share with our english speakers friends so this article will be english/french written. Once again our warmest thanks to Gosia for visiting us and for the story she gave us. We juste hope that the translation is as close as the original one.

English version

I have a long list of dream travel destinations, but Canada always had quite high position on it. When Remi told me he was moving to Montreal, I knew this summer was the best time to go there. We’ve known each other since our wonderful Erasmus time inIMG_3108 (Copier) Slovenia, what means for over 7 years. After many trips in our Czech-French-Polish team, I’m sure Remi is one of the best fellow traveller you can have. I also had already the chance to meet the other author of this blog, as Damien came few years ago with Remi and their friends to Kraków.

I had the idea of spending one week in Montreal and two weeks on some remote eco farm as a volunteer, as I always wanted to try it. But the more I was reading about eco farms, the more I realised thay are more muddy than lovely. And the more I was reading about Canada, the more I was sure I want to travel around. I actually wanted to go everywhere. So this summer I left behind the idea of volunteering and I’ve broadened the travelling plans in Ontario and Quebec. National parks were out of my plans, as they are hard to reach without a car. And although I like travelling alone, I would never stay alone in the tent in the middle of the Canadian (or any other) forest. So that’s how my journey finally looked:

  • Toronto (2 days)
  • Ottawa and Gatineau (3 days)
  • Montreal (7 days), including a day trip to Gananoque and Thousand Islands
  • Quebec and Levis (2 days)
  • Baie Saint Paul (2 days)
  • La Malbaie (3 days)
  • Montreal (2 days)
  • Niagara Falls (2 days)
  • Toronto (2 days)

2016-08-03 10_10_21-Canada_for_Remi_shorter

I’ve travelled over 2750 km inside Canada. That was my first time on American continent, the first time I was so far away from Europe and the first time I used my couchsurfing profile.  The roaming in my phone surprisingly didn’t work in Canada, so I had no phone for three weeks. Pretty exciting!

My very short Canadian life

28062016-P1070250 (Copier)My very short Canadian life happened in Montreal. It’s one of the few cities in the world where I really felt like at home. Do you know this feeling that you belong to some city or that you’re on the very right place and time? Sometimes it takes a long time to feel so, but in Montreal it just took me few days. It wouldn’t happen without Remi, Damien and their friends, who let me shared their daily life.

My very short Canadian life was composed of sitting and eating on the terraces, walking a lot around, having a coffee or a beer, eating bagels, just going shopping to the local supermarket, walking a lot around again and enjoying the festivals. Montreal in summer is full of life, culture and events. The events we joined impressed me by their scale: the jazz festival happened on several stages and took several days, the fireworks show was a 30-minutes huge spectacle and the circus performance was the most impressive one I’ve ever seen.

But when someone asks me what I really liked so much in Montreal, I think about the streets of Plateau Mont-Royale, Mile End and Little Italy. Long streets with the lines of high trees. Red-brick houses with steel steep stairs outside, gardens full of flowers, fruits and vegetables. Terraces and balconies on which I could be just sitting for a big part of my Iife. Portugese, Italian, French, Jewish and many others neighbours. And just a short walk to Mont Royal – a big park in the middle of the city.

I also thing about the amazing atmosphere of 1 July when all the flat-renting contracts are finishing and people are moving out and moving in. You can have impression that all the inhabitants decided to play the game of switching the apartments. Helping Remi and Damien in changing their flat was probably one of the best ways to become a part of this city. The secret magic formula is just to walk around with a mattress, a clotheshorse, a barbeque or a chair. P1070279 (Copier)But you need to do it between 29 June and 1 July, otherwise it won’t work. Another magic formula to become a part of Montreal is to enter Eva B. That’s a second-hand shop, which is an independent universe. You can of course find everything to wear there as well as any other object you can think about, but in addition you can also see people playing chess just next to a guy playing piano, you can eat ice-cream and watch Titanic. The third magic formula I know is to go to Ile Notre Dame, an artificial island made in 1965 from the rocks that were excavated to create the metro. You need to spent half of the day with friends in the park there: swimming, getting sunburn and drinking a beer from a warm plastic bottle, like a teenager. But be careful, if you once become the part of Montreal, it’s hard to forget about this city!

„The right way, the wrong way, and the Gananoque”

Remi proposed we can rent a small car and go to the Thousand Islands to take a boat cruise. The rented car was finally not so small, it seemed to me that all cars in Canada are huge. But in the morning we were already on the highway to Ontario. The black clouds in front of us were warning us that we might meet some rain.

29062016-P1070324 (Copier)

Can you imagine a nicer name for your trip destination than Gananoque? That was a town we were heading and planning to take a boat from. I later read Gananoque is an aboriginal name which means “town on two rivers”.  The town’s name should be pronounced „GAN-ə-NOCK-way” and one way to remember the correct pronunciation is “The right way, the wrong way, and the Gananoque”. Although we pronounced it wrongly, we haven’t missed the fact that it’s a cute little town with the cute city hall. The weather allowed us to eat a lunch in the park and have a small walk, but the boat cruise was indeed the time of meeting the rain. To have the idea about Thousand Island, I think it’s the best to see Remi’s pictures with this article. And just my favorite information to remember apart of all these beautiful views: To be counted as an island the land needs to be at least one square foot and there should be at least two living trees. There are not 1000 islands, but 1864!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

My other Canadian ways

Travelling alone means for me to depend on the mixture of good luck, of other’s people good will and my own decisions. Travelling alone means actually a lot of important meetings. And this time again I was luckly to get to know great people: my couchsurfing hosts in Toronto, Quebec and Baie Saint Paul, people in the hostels and people met on the way. There are many places I would never discover without them. It’s thanks to a friendly Greek-Spanish couple that the second day of my holidays I happened to be in the middle of a fancy architect party in the Distillery District in Toronto. It’s only because one girl who was sitting next to me in the bus to Ottawa, few hours later I was with her and her boyfriend on Dragon Boat Festival, eating Beaver Tails with marple syrup. It’s thanks to one bricklayer who hosted me in Quebec that I discovered how nice is the city in the very early mornings when most of the people still sleep.

During the Canadian journey I discovered my personal end of the world. I was not looking for it and not expecting to ever find it, but just when I stood there, I knew that was my own end of the world. My bus left Quebec on a sunny morning, but after a while the dense fog started. I couldn’t see anything. When the fog finished, I had impression we were in another world: grey, rainy, sad landscape and totally wet trees. When we arrive to Baie Saint Paul, I had to change my clothes for warm ones and I was cold anyway. Having my umbrella in hand, I went for a walk. When I arrived to the beach and I saw the soft, foggy landscape consisting of the river and the mountains, I knew it’s my personal end of the world.  For some people it’s probably the beginning, for some it’s the centre, for some it’s just nothing significant, but for me it will always be the end of the world. A very beautiful one. And just as it should be: close from this place there was a wooden, old, cosy house with a big kitchen, a cat and great people who hosted me. When the next day my couchsurfing hosts went to work, I stayed alone in the bed, with the cat, a book and the sound of the raindrops outside. This simple moment was as perfect as the streets of Montreal.

The feeling of being far away was for sure connected with the fact how people in Cote Charlevoix reacted when I was saying where I’m from. The conversation was for example: « Where are you from? » « From Poland » « Oh, Holland, wow! » « No, Poland! » « Holland, amazing! ». The ones who understood I was Polish, were usually even more excited. Few days after Baie Saint Paul, in the hostel in La Malbaie, I was told that I was the first guest from Eastern Europe who ever came there. In the evening people who stopped in the hostel were talking outsite around the fire. When we made the toast, I said « Na zdrowie! » and it appeared that nobody knew it. That was indeed a very different experience than travelling in Europe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Apart of my personal end of the world and Montreal, I have the third favourite place i2016-07-15 17.45.12n Canada. This time the magic formula is easy, you don’t need a fog or a mattress. It’s enough to take a ferry from Toronto to Ward’s Island and walk along the beautiful houses with charming gardens and enjoy the panorama of downtown Toronto. On the island there are no cars. Only pedestrians, cyclists, happy dogs and flowers.

I also have one place I really hate in Canada. It’s Niagara Falls. Lots of tourists (me among them, I know!), lots of fast food, museums of strange things, all the possible attractions you can imagine. It was the festival of awful mass consumption around one of the greatest nature spots I’ve seen.

Something about politics, symbols and identities

Well, parliament elections took place in Poland last autumn soon after the elections in Canada. The Canadian and Polish democratic choices were often compared since then. For me and many other people in Poland Justin Trudeau is the symbol of what is lacking in our government: openness, tolerance, understanding of minority rights, support for LGBTQ rights movement and 2016-06-23 12.52.23environmental awareness. My friends often joke that if the political situation gets worse in Poland, they will escape to Canada.

Canada is just as imagined it and it’s sometimes totally different. When I came to Toronto, it was the time of preparation to Gay Pride. I’ve never seen so many rainbow flags as during these two days. They were on public buildings, on shops, banks, city bikes, hotels… My favourite view was the huge rainbow flag on the fireman’s car. Toronto stayed in my mind as full of rainbow colours. Then I discovered that Ottawa was full of Canadian flags: on every official building and on every possible corner, as this city was preparing for the big celebrations of the Canada Day on 1 July. In Montreal the 1 July is the day for moving out, but 2016-06-25 19.50.55since 1977 there is also a Montreal Canada Day Parade. I couldn’t miss joining it and I was happy to see that it was not dominated by the Canadian national symbols. Of course they were present, but the Canadian flag was there in really good company of the flags of Honduras, Mongolia, Hungary, Sweden, India, Ukraine and many other countries as well as the banners saying “Canadians for Coexistance”  or “Proud to be Canadian Sikh”. The time I was in Montreal, the houses and cars were also decorated by different flags, as the European Football Championship was going on and football supporters of different origins were exposing their identities. So rainbow in Toronto, Canadian flags in Ottawa and a mixture of flags in Montreal. And in Quebec there were a lot of flags of…  Quebec, of course! But there are two more symbols that I found significant there. The first one is the car’s number plate  “Je me souviens” (“I remember”) – each car goes around with this motto that reminds the past of the province and it’s French cultural roots. The second one is the cross that is located in the central place of the main room of the Parliament of Quebec. This is what I answer when someone asks me what surprised me the most in Canada: the fact that there is the cross in the middle of a provincial parliament in the country that I perceived as so lay and open. There are several faces of Canada. There are probably much more that I could guess when just looking at few symbols in few cities.

When you travel, you also learn about your own identity. I have to admit that one of the things I realised about myself during this journey is that I’m more European than I thought before. I cannot imagine skipping the final match of European Football Championship. I need to talk a lot about Brexit and its social and political consequences. I need to have silence after Nice. I need to read about what happens in Turkey. I keep on watching new things through my European glasses.

Details

2016-07-15 11.51.35I spent 25 unforgettable summer days in Canada. The day before leaving, I entered the glass lift that goes to the top of CN Tower – the tower, that used to be the highest building in the world. The first time when I looked down from the top, I saw the sea of skyscrapers and the funny little toy-like cars going in between the buildings. Impressive view, especially in such beautiful day, with the sun and the clouds as the background. But after a moment, I started to look at the details. I recognised some buildings and streets and a park where I had been sitting and reading my guidebook. If I could see further, I would see many other small places in Ontario and Quebec which were not anymore just a landscape for me, but they had a meaning. I wish I also could see the people. The wonderful meetings, some small stories, details and impressions –  these are the things I take with me from Canada for a lifetime.

Version française

J’ai une longue liste de destinations de rêves mais le Canada a toujours tenu une position assez haute dans cette liste. Quand Rémi m’a dit qu’il allait partir à Montréal, je savais que cet été serait le meilleur moment pour aller là-bas. Nous nous connaissons IMG_3108 (Copier)depuis notre semestre Erasmus en Slovénie, soit il y a 7 ans. Après beaucoup de voyages dans notre team tchéco-franco-polonaise, je suis sûre que Rémi est l’un des meilleurs compagnons de voyage que l’on puisse avoir. J’avais aussi eu la chance de rencontrer l’autre auteur de ce blog quand Damien est venu il y a quelques années avec Rémi et ses amis à Cracovie.

J’avais l’idée de passer une semaine à Montréal et deux semaines dans une écoferme comme volontaire (j’ai toujours voulu essayer ça !). Mais plus je me renseignais sur ces écofermes plus je réalisais qu’elles sont moins géniales que prévues. Et plus j’en lisais à propos du Canada, plus j’étais convaincu de vouloir y voyager encore plus. Je voulais en fait aller partout. Donc cet été, j’ai laissé derrière moi l’idée de ce volontariat et j’ai élargi les plans de voyage en Ontario et au Québec. Les parcs nationaux étaient en dehors de mes plans car difficiles d’accès sans voiture. Et bien que j’aime voyager toute seule, je ne resterais jamais toute seule dans une tente au milieu d’une forêt canadienne (ou de tout autre pays d’ailleurs). Donc c’est comme ça que mon itinéraire s’est construit :

  • Toronto (2 jours)
  • Ottawa et Gatineau (3 jours)
  • Montréal (7 jours), y compris une excursion d’un jour à Gananoque et Mille-îles
  • Québec et Levis (2 jours)
  • Baie Saint Paul (2 jours)
  • La Malbaie (3 jours)
  • Montréal (2 jours)
  • Chutes du Niagara (2 jours)
  • Toronto (2 jours)

2016-08-03 10_10_21-Canada_for_Remi_shorter

J’ai parcouru 2750 kms au Canada. C’était ma première fois sur le continent américain, la première fois que j’étais si loin de l’Europe et la première fois que j’ai utilisé mou profil de Couchsurfing. L’itinérance de mon téléphone n’a étonnement pas marché au Canada, donc je n’ai pas eu de téléphone pendant 3 semaines. Assez excitant !

Mon petit bout de vie canadien

Mon petit bout de vie canadien s’est passé à Montréal. C’est une des quelques villes dans le monde où je me suis senti comme à la 28062016-P1070250 (Copier)maison. Savez vous ce sentiment que vous faîtes partie de la ville ou que vous êtes au bon endroit au bon moment ? Parfois, ça demande du temps pour se sentir comme ça mais à Montréal, ça ne m’a pris que quelques jours. Ça ne serait pas passé sans Rémi, Damien et leurs amis, qui m’ont laissé partager leur vie de tous les jours.

Mon petit bout de vie canadien était composé de moments à m’asseoir et manger en terrasse, à me balader dans le quartier, à prendre un café ou une bière, à manger des bagels, à juste aller faire les courses au supermarché local, à me balader dans le quartier à nouveau et à profiter des festivals. En été, Montréal est plein de vie, de culture et d’évènements. Les évènements où on est allé m’ont impressionné par leur échelle : le festival de jazz se passait sur plusieurs scènes et sur plusieurs jours, les feux d’artifice étaient des spectacles énormes de 30 minutes et les performances de cirque étaient les plus impressionnantes que je n’ai jamais vues.

Mais quand quelqu’un me demande ce que j’ai vraiment beaucoup aimé à Montréal, je pense aux rues du Plateau Mont-Royal, du Mile End et de la Petite Italie. De longues rues avec les lignes des grands arbres. Des maisons de briques rouges avec des escaliers raides en acier devant, des jardins plein de fleurs, de fruits et de légumes. Des terrasses et des balcons où j’aurais pu m’asseoir une bonne partie du reste de ma vie. Des portugais, des italiens, des français, des juifs et plein d’autres voisins. Et juste une courte marche vers le Mont Royal – un grand parc au milieu de la ville.

Je pense aussi à cette atmosphère incroyable du 1er juillet quand tous les contrats de locations d’appartements se terminent et que les gens déménagent et réenménagent tous. Tu peux avoir l’impression que tous les habitants ont décidé de jouer le jeu de changer d’appartements. Aider Rémi et Damien à changer d’appartement était probablement une des meilleurs manières de faire partie de cette ville. La recette secrette magique est juste de se balader avec un matelas, un tancarville (étente à linge :)), un BBQ ou une chaise. Mais vous devez le faire entre le 29 juin et le 1er juillet sinon ça ne marchera pas. Une autre formule magique pour faire P1070279 (Copier)partie de Montréal est de rentrer dans Eva B. C’est un magasin de seconde main qui est un autre univers. On peut trouver évidemment tout pour s’habiller mais aussi n’importe quel objet auquel on peut penser. Mais en plus on peut aussi voir des gens jouer aux échecs juste à côté d’un gars qui joue du piano, on peut manger une glace et regarder Titanic. La troisième formule magique que je connais est d’aller sur l’île Notre Dame, une île artificielle concue en 1965 des pierres qui étaient extraites pour construire le métro. Il faut passer la moitié de la journée avec des amis dans le parc là-bas : à nager, à prendre des coups de soleil et à boire de la bière chaude dans une bouteille en plastique, comme un adolescent. Mais faites attention, une fois que vous faites partie de Montréal, c’est dur d’oublier cette ville !

„The right way, the wrong way, and the Gananoque”

Rémi m’a proposé de louer une petite voiture et d’aller aux Mille-îles faire une croisière en bateau. La voiture de location était finalement pas si petite, j’ai l’impression que toutes les voitures au Canada sont énormes. Mais dans la matinée, nous étions déjà sur l’autoroute vers l’Ontario. Les nuages noirs devant nous étaient l’avertissement que nous allions rencontrer de la pluie.29062016-P1070324 (Copier)

Pouvez-vous imaginer un meilleur nom de destination de voyage que Gananoque. C’était la ville vers laquelle nous nous dirigions et avions prévu de prendre le bateau. J’ai lu plus tard que Gananoque est nom aborigène qui signifie « ville sur les 2 rivières ». Le nom de la ville doit être prononcé „GAN-ə-NOCK-way” (gananokoué ^^) et un moyen de se rappeler la bonne prononciation est la phrase anglaise “The right way, the wrong way, and the Gananoque”. Bien que nous ne prononcions pas bien, nous n’avons pas manqué le fait que c’est une jolie petite ville avec une jolie mairie. La météo nous a laissé le temps de manger le déjeuner dans le parc et d’une petite marche mais la croisière en bateau était le moment de rencontrer la pluie. Pour voir une idée sur les Mille-îles, je pense que le mieux est de regarder les photos de Rémi dans cet article. Et juste mon information favorite à se rappeler en dehors de toutes ces vues magnifiques : pour être compté comme une île, la surface de terre doit faire au moins un pied carré et il doit y avoir au moins 2 arbres vivants. Il n’y a pas 1000 îles mais en fait 1864 !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mes autres voyages canadiens

Voyager seule signifie pour moi dépendre d’un cocktail de chance, de la volonté des autres gens et de mes propres décisions. Voyager seule signifie en fait beaucoup de rencontres importantes. Et cette fois encore, j’ai eu la chance de rencontrer des gens supers : mes hôtes de couchsurfing à Toronto, Québec et Baie Saint Paul, des gens dans les auberges et des gens rencontrés sur la route. Il y a beaucoup d’endroits que je n’aurais jamais découvert sans eux. C’est grâce à un couple gréco-espagnol super sympa que le deuxième jour de mes vacances je me suis retrouvé au milieu d’une fête d’architectes dans le Distillery District de Toronto. C’est seulement parce qu’une fille était assise à côté de moi dans le bus vers Ottawa que quelques heures plus tard j’étais avec elle et son copain à un festival de bateau dragons, à manger des queues de castor avec du sirop d’érable. C’est grâce à un maçon qui m’a hébergé à Québec que j’ai découvert à quel point la ville est belle très tôt le matin quand la plupart des gens dorment encore.

Pendant le voyage canadien, j’ai découvert ma propre « fin du monde ». Je ne la cherchais pas et je ne m’attendais même pas à la trouver un jour mais juste quand je me trouvais là-bas, j’ai su que c’était ma propre « fin du monde ». Mon bus a quitté Québec un matin ensoleillé mais après un moment le brouillard dense a commencé. Je ne pouvais rien voir. Quand le brouillard était fini, j’avais l’impression que nous étions dans un autre monde : gris, pluvieux, paysage triste et des arbres totalement trempés. Quand je suis arrivé à Baie Saint Paul, j’ai du changer mes vêtements pour des plus chauds et j’étais quand même gelé. Mon parapluie en main, je suis allé marcher. Quand je suis arrivé à la plage et que j’ai vu le paysage brumeux constitué de rivières et montagnes, j’ai su que c’était ma « fin du monde » personnelle. Pour certains c’est peut être le début, d’autres le centre, ou quelque chose d’insignifiant pour d’autres mais pour moi ça sera toujours la « fin du monde ». Une très belle fin. Et juste comme ça devrait l’être : tout près de cet endroit il y avait une vieille maison cosie en bois avec une grande cuisine, un chat et des gens supers pour m’héberger. Quand le lendemain mes hôtes de couchsurfing ont été travailler, je suis resté seule dans le lit, avec le chat, un livre et le son de la pluie qui tombait dehors. Ce moment simple était aussi parfait que les rues de Montréal.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le sentiment d’être loin était assurément lié avec la manière dont les gens de la côte Charlevoix ont réagi quand je disais d’où je venais. La conversation était par exemple : « D’où viens-tu ? » « De Pologne (Poland en anglais) » « Oh Hollande, wow! » « Non, Pologne (toujours Poland en anglais) » « Hollande, fantastique ! ». Ceux qui comprenaient que j’étais polonaise étaient encore plus enthousiastes. Quelques jours après Baie Saint Paul, dans l’auberge de La Malbaie, on me disait que j’étais la première hôte d’Europe de l’Est à venir ici. Dans la soirée, des gens qui s’étaient arrêtés à l’auberge parlaient autour du feu. Quand ils ont porté un toast, j’ai dit « Na zdrowie! » et il se trouvait que personne ne connaissait. C’était en effet une grosse différence avec les voyages en Europe.2016-07-15 17.45.12

A part ma fin du monde personnelle et Montréal, j’ai un troisième endroit favori au Canada. Cette fois, la formule magique est simple, vous n’avez pas besoin d’un brouillard ou d’un matelas. C’est juste de prendre le ferry de Toronto vers l’île Ward et marcher le long des belles maisons avec leurs jardins plein de charme et d’apprécier le panorama sur le centre-ville de Toronto. Sur l’île, il n’y a pas de voitures, seulement des piétons, des cyclistes, des chiens heureux et des fleurs.

 

J’ai aussi un endroit que je hais vraiment au Canada. Ce sont les chutes du Niagara. Beaucoup de touristes (moi parmi eux, je sais !), beaucoup de fast food, musées de choses étranges, toutes les attractions possibles que vous pouvez imaginer. C’était le festival de l’horrible consommation de masse autour d’un des plus beau spots naturels que j’ai jamais vu.

Politique, des symboles et de l’identité

Bien, les élections parlementaires ont eu lieu en Pologne l’automne dernier après les élections canadiennes. Les choix démocratiques canadiens et polonais sont souvent comparés depuis ça. Pour moi et pour beaucoup de gens en Pologne, Justin Trudeau est le symbole de ce qui manque à notre gouvernement : ouverture, tolérance, compréhension des droits des minorités, support du mouvement des droits LGBTQ et conscience environnementale. Mes amis blaguent souvent que si la situation politique se dégrade en Pologne, ils fuiront au Canada.

Le Canada est comme je l’imaginais et parfois totalement différe2016-06-23 12.52.23nt. Quand je suis arrivé à Toronto, c’était le moment de la préparation de la Gay Pride. je n’ai jamais vu autant de drapeaux arc-en-ciel que pendant ces deux jours. Il y en avait sur les bâtiments publics, sur les magasins, les banques, les vélos de la ville, les hôtels…Mon préféré était le drapeau énorme sur le camion de pompier. Toronto est resté dans ma tête aux couleurs de l’arc-en-ciel. Ensuite, j’ai découvert Ottawa, remplie de drapeaux canadiens : sur chaque bâtiment officiel et à chaque coin de rue possible, comme la ville préparait les festivités du 1er juillet. A Montréal, le 1er juillet est le jour du déménagement mais depuis 1977, il y a aussi une parade pour la fête nationale. Je n’ai pas pu manquer de m’y joindre et j’étais heureuse de voir que ce n’était pas dominé par les symboles nationaux canadiens. Bien sûr ils étai2016-06-25 19.50.55ent présents mais le drapeau canadiens était là en très bonne compagnie des drapeaux du Honduras, Mongolie, Hongrie, Suède, Inde, Ukraine et plein d’autres pays ainsi que des bannières qui disaient « Canadiens pour la coexistance » ou « Fier d’être un canadien Sikh ». Le temps où j’étais à Montréal, les maisons et les voitures étaient aussi décorées par différents drapeaux. Comme l’Euro de football avait lieu au même moment, les supporters des différentes origines exposaient leur identité. Donc l’arc-en-ciel à Toronto, les drapeaux canadiens à Ottawa et un mix de drapeau à Montréal. Et à Québec il y avait beaucoup de drapeaux du…Québec évidemment ! Mais il y a deux autres symboles que j’ai trouvé importants là-bas. Le premier est la plaque d’immatriculation « Je me souviens » – chaque voiture roule avec pour rappeler le passé de la province et ses racines culturelles françaises. Le second est la croix qui se trouve au centre de la pièce principale du Parlement du Québec. C’est ce que je réponds quand quelqu’un me demande ce qui m’a surpris le plus au Canada : le fait qu’il y ait une croix au milieu d’un parlement provincial dans le pays que je percevais comme si laïc et ouvert. Il y a plusieurs visages du Canada. Il y en a probablement bien plus que je ne pourrais deviner juste en regardant quelques symboles dans quelques villes.

Quand tu voyages, tu apprends aussi à propos de ta propre identité. Je dois admettre qu’une des choses que j’ai réalisé à propos de moi pendant ce voyage est que je suis plus Européenne que je le pensais avant. Je ne peux pas imaginer manquer la finale de l’Euro de football. J’ai besoin de parler beaucoup du Brexit et de ses conséquences sociales et politiques. J’ai besoin de garder le silence après Nice. J’ai besoin de lire ce qu’il se passe en Turquie. Je continue de regarder les nouvelles à travers mon œil d’Européenne.

Détails

2016-07-15 11.51.35J’ai passé 25 jours d’été inoubliables au Canada. Le jour avant de partir, je suis entré dans l’ascenseur vitré qui va en haut de la CN Tower – la tour qui était longtemps la plus haute du monde. La première fois quand j’ai regardé vers le bas, j’ai vu la mer de gratte-ciels et ces petites voitures qui ressemblaient à des jouets entrain d’aller et venir au milieu des bâtiments. Vue impressionnante, en particulier lors d’une si belle journée, avec le soleil et les nuages en arrière plan. mais après un moment, j’ai commencé à regarder les détails. J’ai reconnu quelques buildings et rues et un parc où je m’étais assise pour lire mon guide. Si je pouvais voir plus loin, j’aurais vu plein de petits endroits en Ontario et au Québec qui n’étaient pas plus seulement un paysage pour moi mais qui avaient une signification. J’espère que je pourrais aussi voir les gens. Les merveilleuses rencontres, quelques petites histoires, détails et impressions – ce sont les choses que je prends avec moi du Canada pour la vie.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

4 Commentaires

  1. Oyer Pascale dit : Répondre

    Très bon commentaire sur votre séjour au Canada Gosia !!!

  2. zabeth dit : Répondre

    Merci pour ce très beau récit Gosia, c’était très agréable de te lire, et je pense que tu seras heureuse de relire ce texte dans plusieurs années 🙂
    Je partage totalement ton avis sur Montréal et le Plateau : l’impression de faire partie de cette ville. Je me suis sentie comme dans une auberge espagnole géante et j’avais 10 ans de moins! Encore merci Rémi pour nous avoir permis de vivre ça 😉 <3

  3. Alexis L dit : Répondre

    C’est beau :’)

  4. AMCarlier dit : Répondre

    J’ai beaucoup apprécié Gosia ton approche pour découvrir le Québec, tes émotions, tes rencontres, « the personal end of the world », Montréal et le Plateau qui font vraiment l’unanimité, les mille îles et ton appréciation sur Niagara falls.
    Que de chemin parcouru depuis Erasmus et Ljubljana, quelle richesse humaine. Si un jour, nous découvrons la Pologne …….nous ferons appel à ta sensibilité.

Laisser un commentaire